samedi, avril 08, 2006

Vélorution


Lors de l'invasion des Champs Libres, la semaine dernière, la manifestation a croisé une "vélorution", important groupe de cyclistes, qui devait à terme se diriger vers le village alternatif de la place du parlement. Il faut avouer que, au delà de la différence d'impact sur l'atmosphère, qui nous obsède tous, la bicyclette possède un avantage non négligeable sur la bagnole : il est beaucoup moins sensible à la présence d'une émeute. La vélorution passera-t-elle par par les armes ?

mardi, avril 04, 2006

Bavure











Ce qui est surprenant, au fond, c'est que les émeutes aient fait si peu de blessés. On n'en est pourtant pas passé loin cet après midi, quand un CRS a réussi l'exploit de projeter sa grenade lacrimogène à l'intérieur d'une voiture qui passait par là. Le lacrimogène projectile a tout de même pulvérisé la vitre, ce qui a amené un certain nombre de gens à cette réflexion : "Et s'il y avait eu un bébé à l'arrière ?". Quoi qu'il en soit, une innocente Renaut 5 participe aujourd'hui des dommages collatéraux de la lutte anti-CPE. Ca aurait au moins pu tomber sur une Mercedes.

Ensauvagement



Les émeutes ayant suivi la manifestation du 4 avril à Rennes ont été particulièrement longues et violentes. Si le parcours est resté assez classique, on a pu par contre observer une nette augmentation du nombre de "casseurs purs", venus dans le but avoué de démolir tout ce qui passe à portée de leurs Kros. Je ne dis pas, loin de là, qu'ils représentaient la majorité des émeutiers. Mais il est clair qu'a lieu un certain ensauvagement, expression d'un mal de société visiblement important et sous-estimé, pour faire de la sociologie de cuisine.

samedi, avril 01, 2006

Crispation


La déclaration de Jacques Chirac, vendredi soir, n'a pas apaisé les étudiants ; cela aurait été surprenant. Devant ce qu'il est légitime d'appeler une provocation, les manifestants ont aujourd'hui organisé une "journée d'action", dans le but -illusoire ?- de se faire entendre et de maintenir leur mouvement en vie. L'action en question a consisté a bloquer plusieurs centres commerciaux, puis le nouveau bâtiment culturel rennais, Les Champs Libres. Lors de la dernière tentative d'invasion, les étudiants se sont retrouvés face à des employés municipaux quelque peu désemparés, faisant même preuve d'une certaine brutalité. Durant une petite heure, les manifestants ont tenté de forcer le barrage, avant de quitter les lieux. Le risque de violence est sensiblement plus élevé chez les individus soumis à une humiliation.